lalaLAIR2_1500

CONCOURS LALAL’AIR

Du 2 mai au 30 JUIN 2017

PARTICIPEZ AU PREMIER CONCOURS MUSICAL ENVIRONNEMENTAL ET BÉNÉFICIEZ D’UN PRIX DE 1500€ POUR RÉALISER VOTRE CLIP ET VENIR JOUER AU FESTIVAL DES TRANSES CÉVENOLES EN JUILLET

LalalairSansTextes

23 JUILLET 2017

REMISE DU PRIX de 1500€ ET SHOW CASE AU FESTIVAL DES TRANSES CÉVENOLES

Bouleversement du climat, extinction des espèces, empoisonnement lent de l’air, de l’eau, de la nourriture, bétonnage à tout va, vie réduite au rang de marchandise, notre écosystème se dégrade, les catastrophes dites « naturelles » s’enchaînent… Alors que le monde hérité du 20ème siècle se dirige vers le chaos social et environnemental, la bataille pour un autre modèle, respectueux de l’humain et de son environnement, représente une urgence absolue et l’engagement artistique une forme précieuse de soutien à la cause environnementale.

Pour que la chanson réveille les consciences, France Nature Environnement Languedoc-Roussillon, en partenariat avec le festival des Transes Cévenoles, vous propose de participer à ce combat au travers d’un grand concours musical on-line. Le concours « Lalal’air » est ouvert à tous ceux qui savent que musique et paroles sont des armes avec pour munitions l’imagination, la création et le talent.

Comment participer ?

Téléchargez le règlement du jeu

Téléchargez le bulletin d’inscription : PDF | ODT | DOC

Renvoyez-nous votre bulletin à lalalair.fnelr@gmail.com

Avec le bulletin d’inscription, il est préférable de nous indiquer un lien internet vers un site ou une page qui parle de vous, de façon à vous présenter.

Dès réception de votre inscription, nous la publierons sur la page Facebook du Concours Lalal’air avec le lien ou le visuel que vous nous aurez transmis.

Vous avez ensuite jusqu’au 30 juin pour nous envoyer votre titre (chanson originale ou reprise) à lalalair.fnelr@gmail.com.

  • de préférence par un lien internet ( youtube, soundcloud, site internet…)
  • ou un fichier mp3 et si possible un visuel.

Dès réception, nous le publierons sur la page Facebook du Concours Lalal’air

Le public (basé sur le nombre de « j’aime » sur chaque morceau) comptera pour un tiers des voix, alors “likez” ! 

Pour plus d’infos

Suivez le concours avec les vidéos via la page Facebook du Concours Lalal’air

Téléchargez la composition du jury

Télécharger le communiqué de presse en PDF

Pour toute question, rendez-vous sur notre page Facebook via la messagerie, ou écrivez à cette adresse : lalalair.fnelr@gmail.com

Lire la suite

hérissons trump2_800

Notre newsletter « Hérissons-nous n°3 » vient de paraître !

Voici la  lettre d’infos  « Hérissons-nous N°3 ».

Nous vous invitons à la diffuser très largement, et si vous souhaitez la recevoir automatiquement, cliquez sur « S’inscrire à la lettre d’infos »

Si faire ce genre de chose vous branche, que vous avez des talents cachés de graphiste ou d’informaticien féru d’environnement, sachez que notre groupe com a besoin de renforts.

Lire la suite

Gruissan

1ère réunion de la communauté régionale « Éviter Réduire Compenser » Occitanie (CRERCO)

Le 1er février 2017 – GRUISSAN

Notre  président, Simon POPY, a été invité à porter la parole des associations lors de cette réunion. Voici un compte-rendu rapide de ses interventions.

Plénière le matin : rappel des interventions  (Programme complet de la journée)

  • Ouverture

    • Mme LANGEVINE, vice-présidente de région en charge de la transition écologique et énergétique, de la biodiversité, de l’économie circulaire et des déchets

    • M. MONARD, directeur régional adjoint de la DREAL Occitanie

  • ERC : de quoi parlons-nous, où en sommes nous en France, en Occitanie ?

    • Emilie PERRIER, responsable du département biodiversité DREAL Occitanie

    • Didier SOUSTELLE, chargé de mission ERC DREAL Occitanie

  • Feuille de route Etat-Région, charte de fonctionnement

    • Zoé MAHE, directrice de l’écologie DREAL Occitanie

    • Stéphane LEROY-THERVILLE, directeur de projet foncier Région Occitanie

  • Observer les pratiques et tendre vers leur harmonisation

    • Thierry DISCA, directeur d’étude à BIOTOPE

Question de Simon POPY en plénière :

Une question à Agnès Langevine concernant un problème d’éthique qui remonte de plusieurs de nos associations : va-t-on vers un monde où la création ou le financement des politiques de conservation deviendraient tributaires de destructions occasionnées ailleurs ? (via la compensation). Impossible de ne pas évoquer la Réserve Naturelle Régionale de Sainte Lucie, voisine : sans nier les bienfaits de la création d’une nouvelle réserve naturelle, dont nous nous réjouissons, (1) cette réserve a été créée avec l’objectif affirmé de compenser l’extension du port de Port-la-Nouvelle ; (2) elle est financée en partie par des fonds de compensation. Les avis sont partagés parmi les associations de protection de la nature et de l’environnement sur l’aspect éthique et symbolique de cette initiative, et pour ce motif le Conseil d’Administration de FNE LR a voté contre le classement de la RNR de Ste Lucie dans les projets exemplaires en matière d’aménagement du territoire. Question : peut-on espérer une doctrine régionale plus claire ?

Réponse (résumée) : Agnès Langevine entend le problème qui s’était déjà posé a à l’époque de la création de la RNR, et nous informe qu’elle y avait au final été favorable, étant donné que lesdites mesures compensatoires étaient soumise à la condition d’additionnalité par rapport à la gestion prévue de la réserve, sans ces mesures. Il ne faut pas attendre une doctrine sur le sujet venant de la région. La discussion éventuelle sur ce sujet pourrait trouver sa place au sein de l’ARB.

Ateliers l’après-midi :

(1) « méthodologies »

(2) planification et enjeux fonciers

(3) la compensation par l’offre / la demande

Intervention Simon POPY – introduction de l’atelier 3 « La compensation par l’offre / la demande »
Bonjour, tout d’abord pour celles et ceux qui ne nous connaissent pas, FNE LR est une fédération d’associations de protection de la Nature et de l’Environnement qui rassemble une cinquantaine d’associations soit environ 6000 personnes.

Personnellement je n’ai pas choisi le titre de cet atelier et comme il vient de l’être rappelé à l’instant bien qu’il ne parle que de compensation il ne faut pas oublier Eviter et Réduire. Ce qui tombe bien car nos associations ne sont pas d’accord pour envisager la compensation en dehors de la séquence. C’est pourquoi je vais me permettre de déborder un peu du cadre imposé et vous parler d’évitement en essayant d’aller au-delà du simple vœux pieux.

Mais avant je voudrais préciser qu’un de nos objectifs est d’amener les associations à agir plus en amont dans le processus d’aménagement du territoire. C’est pourquoi nous organisons des formations sur les documents d’urbanisme, et parmi les questions qui découlent de nos réflexions l’une est de savoir comment anticiper la séquence ERC au stade du PLU ou du SCOT. Je précise que pour nous ANTICIPER c’est une possibilité de mieux appréhender les effets cumulés, et la possibilité de réintroduire la notion de limite, spatiale, foncière, écologique, dans le débat avec un regard sur le long terme.

Plus spécifiquement sur ERC nous avons organisé une table-ronde récemment ce qui nous a permis de voir les réactions des associations face à un panel d’intervenants. Ce que nous en avons retenu :

  • une diversité de points de vue sur la compensation : du rejet à l’accompagnement

  • un consensus sur la perfectibilité de la compensation, et ses nombreuses lacunes/défauts ; pour une association de protection de la nature la vraie équivalence en compensation c’est le dé-bétonnage ou la dés-artificialisation, tout le reste est sujet à débat (on pourrait parler de compensation « relative »); [Atelier 1]

  • un consensus sur le risque de déséquilibre dans l’aménagement du territoire, et l’attention qui doit être portée à la spéculation et la concurrence foncière (notamment agricole) [Atelier 2]

  • unanimité également sur le besoin prioritaire de mieux travailler sur le E de la séquence (ainsi que le R) : il nous semble qu’il y a beaucoup de marge de manoeuvre et qu’avant d’ouvrir grand les vannes à la compensation il faut revenir à la base légale qui encadre les projets et autorise les Mesures Compensatoires.

    • cf. E de la séquence ERC dans le droit de l’évaluation environnementale (Etude d’Impact Environnemental)

    • cf. E de la séquence ERC et E de la Raison Impérative d’Intérêt Public Majeur dans le droit des espèces protégées (dérogation)

Au titre de l’évitement 3 choses nous apparaissent déterminantes :

  1. la capacité à mettre en balance plusieurs scénarios réellement étudiés avant de décider la réalisation d’un projet, pour prouver l’absence d’alternative possible ;

    • au minimum le plus important est exigé : le scénario sans projet ;

    • contre-exemple : gare de Manduel (Nîmes) : l’Autorité Environnementale a soulevé que le scénario sans projet n’était pas étudié (alors qu’il y a des espèces protégées et de la compensation) ; on ne se pose donc même pas la question de savoir quelles seraient les conséquences d’une absence de gare sur l’environnement, qui inclut le milieu naturel mais aussi les conséquences en termes de trafic ferroviaire et les aspects socio-économiques.

  1. L’étude d’impact doit être en mesure de démontrer que les impacts résiduels sont vraiment compensés ; à ce titre la boite noire du calcul des unités de compensation ne le facilite pas

  2. dans le cas d’une dérogation pour la destruction d’espèces protégées la Raison Impérative d’Intérêt Public Majeur de nature ECONOMIQUE est souvent avancée mais il manque une doctrine plus claire pour sa démonstration

    • la jurisprudence montre qu’il ne suffit pas de l’affirmer sans analyse FINE (1) de l’absence d’alternative et (2) de l’absence d’atteinte à l’état des espèces concernées,

    • seule cette analyse fine permet au juge d’apprécier les caractères IMPERATIF et MAJEUR qui renforcent doublement la notion d’Intérêt Publique.

La pratique actuelle laissant fortement à désirer : avant de vouloir plus ou moins bien compenser par l’offre ou par tout autre système il nous semble qu’il faut se donner les moyens de remettre en cause un certain nombre de projets dont la pertinence n’est pas démontrée. C’est le sens d’une partie de notre action que je qualifierais « d’action d’urgence ».


Mais cette forme d’action n’est pas suffisante c’est pourquoi nos associations souhaitent avoir leur mot à dire dans la stratégie qui va se mettre en place à l’échelle de la région ;

Enfin, j’en arrive à la compensation par l’offre :

  • je ne vous ferai pas de retour de nos associations sur des exemples, le seul que nous connaissions étant Caussure mais je considère que ce n’est pas un bon exemple, car expérimental

  • globalement le mouvement émet de fortes réserves sur la compensation par l’offre dans l’état actuel des choses

  • nous craignons en particulier un effet encore plus négatif sur l’évitement ; les premiers retours de l’étranger tendent à montrer que plus la compensation est anticipée et planifiée par les aménageurs, plus l’évitement est facilement oublié. Nous craignons l’émergence d’un supermarché du droit à détruire.

  • la compensation par l’offre ne peut être acceptable que s’il y a des garanties que le minimum légal, voire plus, a réellement été fait en amont en matière d’évitement.

  • les associations soulèvent également des questions sur le niveau d’exigence en termes de durée, de multiplication des méthodologies douteuses [atelier 1], d’équivalences précises, de type d’opérateur public/privé, d’évaluation…

Au sujet de l’évaluation : le système des unités de compensation est un système adapté au marché donc il simplifie et mutualise. Nous y voyons le risque de perdre de vue l’objectif initial de la Mesure Compensatoire (traçabilité ?) et pensons que ce système rend encore plus difficile le contrôle et l’évaluation de la qualité de la Mesure Compensatoire (entre autres par un juge).

Merci de votre attention

Lire la suite

cocinelle

FNE lance un film pour appeler à vivre dans un monde désirable

En pleine période électorale, France Nature Environnement (FNE), la fédération française des associations de protection de la nature et de l’environnement, appelle à construire un monde vivable et désirable.

Ce film s’inscrit dans le prolongement de la communication grand public initiée par FNE en 2016 : réussir à sensibiliser jusqu’aux personnes les moins engagées dans la cause environnementale. FNE rappelle par ce film, qu’à travers la préservation de la nature, c’est pour l’Homme, comme faisant partie de la biodiversité, et sa qualité de vie que l’association se bat.

Tout comme la campagne d’affichage initiée l’an dernier, le film choisit d’éviter les ressorts traditionnels de la communication écologique, en particulier l’alarmisme et la peur, et préfère valoriser l’association en tant que gardienne du cadre de vie des citoyens et de la biodiversité.

Il fait prendre conscience du fait que les dégradations de notre environnement nous conduisent de plus en plus à renoncer à des plaisirs simples mais essentiels de la vie. Des renoncements qui, peu à peu, rendent le monde invivable. Un message résumé par la signature : “Vivre dans un monde vivable”.

Denez L’Hostis, président de FNE : « Ce film rappelle de belle manière que nous nous battons chaque jour pour préserver un monde où il fait bon vivre. Ce qu’il donne à voir mérite vraiment que nous arrêtions de penser comme si nous étions encore au vingtième siècle. Prendre le chemin de l’écologie, c’est faire le choix du progrès au service de l’intérêt général. »

VOIR ICI LE FILM

Lire la suite

140511202338571-s

RÉSEAU EAU de FNE LR

La première journée d’échanges et de formation du réseau Eau de FNE LR sest donc tenue le 8 décembre 2016 à Montpellier au centre Lacordaire, comme annoncée en novembre dernier ( Journée d’échanges et de formation des représentants en CLE)

Plus de 25 personnes étaient réunies à Montpellier pour cette journée

A l’ordre du jour :  l’état des représentations associatives dans les instances en charge de la gestion concertée de l’eau, l’opposabilité juridique des SDAGE et SAGE, la présentation du nouveau SDAGE Rhône Méditerranée et un focus sur la gestion quantitative.  Ce fût l’occasion  des premiers échanges « physiques » entre les membres du  nouveau réseau Eau de FNE LR.

FNE LR crée un lieu de discussion ouvert aux membres d’associations et personnes qualifiées qui agissent concrètement en vue de la protection de la ressource en eau et des milieux aquatiques en Languedoc-Roussillon. L’objectif est de permettre aux membres du réseau de transmettre des informations et de débattre de sujets particulièrement importants et sensibles dans nos territoires méditerranéens.
Ce réseau est ouvert, si vous souhaitez y participer merci d’adresser votre demande en écrivant à l’adresse suivante: :coordination.fnelr@gmail.com

Pour en savoir plus:

Le Programme complet de la journée du 8 décembre 2016:

Téléchargez le programme de la journée

Téléchargez toutes les  présentations :

  • Les deux Présentations de FNE LR  (Olivier Gourbinot et Simon Popy)
  1. La portée juridique du SDAGE – SAGE
  2. Présentation des enjeux par le Président
  • Présentation de l’Agence de l’eau  Bassin Rhône Méditerranée
  1. Formation SDAGE par l’Agence de l’Eau
  2. La Gestion Quantitative Gestion Quantitative de la Ressource en Eau

Lire la suite

fotolia_56483445_m_0

Arrêtons la mise en danger face au risque d’inondation ! Nous avons aussi besoin de vous : FNE lance une campagne d’appel à dons.

Qu’on parle de montée lente des eaux, de pluies torrentielles ou de submersions marines, chaque année, des inondations, parfois imprévisibles, entraînent la mort de dizaines de nos concitoyens, en plus de leurs graves conséquences matérielles, économiques et environnementales. Aidez-nous à nous en prémunir.

En 2010, Xynthia a frappé l’ouest de le France, causant la mort de 47 personnes et plus de deux milliards d’euros de dégâts. Cinq ans après, le département des Alpes maritimes accusait la perte de 20 personnes et de plus de 620 millions d’euros de dégâts. Le ralentissement et/ou l’arrêt de l’activité des services publics et des entreprises, la destruction des réseaux indispensables (transport, énergie, etc.) ont paralysé l’activité humaine parfois pendant plusieurs mois… Nous pouvons anticiper cela. 

En France, l’inondation est la première cause de déclaration d’état de catastrophe naturelle.

Près de la moitié des communes françaises sont concernées par ce risque. Pourtant la prévention des risques, la sensibilisation et l’échange entre acteurs des risques (Etat, collectivités, citoyens, assurances, entreprises, etc.)  ne sont pas encore à la hauteur des enjeux.

Si la pluie est naturelle, même lorsqu’elle subit l’influence du réchauffement climatique, le fait qu’elle génère de telles inondations et de tels dégâts est dû pour l’essentiel à notre façon d’aménager le territoire. L’état et les collectivités doivent oeuvrer dans la durée  à une meilleure protection des personnes, des biens, des activités, et plus généralement de l’habitat et de l’économie locale.

L’imperméabilisation des sols, la construction sur des zones à risques, la construction systématiques des digues, la destruction de zones naturelles et agricoles qui permettent de réguler les inondations… ne sont plus acceptables. Nous devons cesser la mise en danger des populations et améliorer l’aménagement de nos territoires.

France Nature Environnement – reconnue d’utilité publique – porte avec ses associations des propositions et solutions concrètes aux côtés des élus, des acteurs concernés et des publics.

Grâce à votre aide, vous nous donnez les moyens d’agir efficacement au niveau local et national.

Cette année encore, la région Occitanie a été durement touchée par les inondations.

Les fédérations FNE Midi-Pyrénées et FNE Languedoc-Roussillon et leurs associations agissent à toutes les échelles du territoire de la région OCCITANIE pour lutter contre le risque d’inondation.

Ensemble, nous soutenons la protection des zones humides, des cours d’eau et du littoral qui sont les moyens les plus efficaces pour protéger les citoyens et leurs biens contre les inondations et nous sommes engagés contre le bétonnage et l’artificialisation des sols.

Nos fédérations organisent – de manière désintéressée et bénévole – des formations pour permettre aux citoyens de maîtriser les aspects techniques. Elles participent aux décisions publiques liées à la prévention des risques, rencontrent les élus locaux pour les sensibiliser, valorisent les bonnes pratiques, et n’hésitent pas à faire respecter le droit de l’environnement devant la justice lorsque cela est nécessaire.

Les fédérations FNE Midi-Pyrénées et FNE Languedoc-Roussillon travaillent avec France Nature Environnement pour un changement de modèle d’aménagement de nos territoires.

Nous défendons l’idée qu’une nature préservée reste le premier rempart contre les catastrophes naturelles. Ensemble nous sommes plus forts, plus influents et nous ferons la différence.

Faire un DON

 

Retrouvez  l’intégralité de l’appel à don fédéral directement sur le site de France Nature Environnement  en cliquant sur le lien : Inondations, cessons de nous mettre en danger !

Retrouvez également l’appel à dons sur le compte twitter de FNE : Lien twitter

Lire la suite

table-ronde

TABLE-RONDE le 16 novembre à Sète : Les mesures compensatoires, vous en pensez quoi?

Il reste des places pour la table ronde  organisée par FNE LR » le 16/11 après midi au centre du lazaret à Sète.

Pour vous inscrire remplissez le formulaire disponible en cliquant ici !

TABLE-RONDE
LA SÉQUENCE
EVITER-RÉDUIRE-COMPENSER (ERC)
C’est pour être en capacité de répondre à cette question que nous organisons une table-ronde-débat qui viendra conclure notre séminaire de formation pour
 une meilleure maîtrise des outils de planification de l’aménagement du territoire.
Au travers des regards d’un large panel d’intervenants institutionnels, universitaires, et de praticiens des mesures compensatoires, vous aurez l’occasion de vous faire une religion sur les enjeux actuels de la séquence « éviter-réduire-compenser » (ERC).

Pour connaître le détail de cette après midi : Cliquer ici pour le programme de cette table ronde

 

Retrouvez le programme complet du séminaire organisé par FNE LR les 15 et 16 novembre :

http://www.fne-languedoc-roussillon.fr/seminaire-le-15-et-16-novembre-2016-a-sete-plu-scot-et-mesures-compensatoires/

 


 

Inscriptions soumises à confirmation le nombre de places étant limité à 50

Lire la suite

Magnifique Canigou - Etangs de Salse leucate

« Hérissons-nous n°1 », la lettre d’actualité de FNE LR vient de paraître !

Après le lancement de notre Newsletter « Hérissons-nous n°0 » de Juillet, voici la  lettre d’infos  « Hérissons-nous n°1 »,  crée 100% par des citoyens bénévoles !

La lettre d’infos c’est ICI

Nous vous invitons à la diffuser très largement, et si vous souhaitez la recevoir automatiquement, faites le nous savoir à l’adresse suivante: coordination.fnelr@gmail.com.

Lire la suite