DSCN9969_editee

Réponse à EDF Énergies Nouvelles suite au reportage de France 3 sur la collision mortelle d’un aigle royal avec une éolienne du plateau de l’Escandorgue

Suite au reportage de France 3 Occitanie (sur la collision mortelle d’un aigle royal avec une éolienne du plateau de l’Escandorgue dans l’Hérault), nous souhaitons répondre à M. David Augeix, Directeur régional Sud d’EDF Energies Nouvelles qui prétend « il y a eu quelques rares cas de collision entre éoliennes et quelques individus d’espèces protégées, on reste malgré tout sur des cas isolés… ».

Contrairement, à ce que Mr Augeix affirme, de nombreux oiseaux et chauves-souris protégés sont régulièrement tués par des éoliennes partout dans le monde. Leur nombre est très hétérogène selon le parc éolien considéré, et ce d’autant qu’en France, le manque de suivi et de transparence donnent des statistiques très en-deçà de la réalité. Dans plusieurs pays européens (comme l’Allemagne, l’Espagne, la Finlande), le bilan de la mortalité publiée et observée est de l’ordre de plusieurs milliers d’oiseaux et de chauve-souris (cf. l’étude de Dürr, Tobias, 2016).

Dans une situation locale et concrète telle que celle du parc éolien d’Aumelas (Hérault), que M. Augeix ne peut ignorer puisque ce parc est exploité par EDF EN, il ressort du suivi réalisé par la LPO 34 pour le compte de EDF EN qu’au moins 33 Faucons crécerellette* (espère de rapace rare en Europe et protégée en France dont la population est estimée à 400 couples) ont été tués depuis 2010, soit plus de 4% de la population française, ainsi qu’au moins 13 Busards cendrés. L’article publié cet été par Le Monde alertait sur cette situation.

Compte tenu de ces éléments – connus de tous les intervenants sur ce dossier (EDF EN, LPO, DREAL) – les déclarations de M. Augeix relèvent de la simplification outrancière. Pour le bien de la filière éolienne, il est temps qu’EDF soit un facteur d’exemplarité et reconnaisse que certains parcs éoliens ont été aménagés au mauvais endroit. Le parc d’Aumelas, aménagé dans un site Natura 2000 désigné pour la protection de l’avifaune, en est un exemple.


 

* il s’agit des mortalités constatées, qui sont nécessairement inférieures à la mortalité réelle, puisque les suivis ne permettent pas de retrouver tous les cadavres (biais liés à la fréquence de passage sous les éoliennes, à la présence de charognards qui font disparaître les cadavres, à l’embroussaillement du sol qui réduit la possibilité de les détecter, etc).


 

Revoir le reportage vidéo de France 3 Occitanie

Lire la suite

Aigle royal (Aquila chrysaetos)

Collision mortelle d’un AIGLE ROYAL avec une éolienne du plateau de l’Escandorgue dans l’Hérault.

Au début du mois d’août, le cadavre d’un Aigle royal équipé d’un GPS a été retrouvé à proximité d’une éolienne exploitée par EDF Énergies Nouvelles sur la commune de JONCELS (34) au lieu-dit Combe Caude dans le massif de l’Escandorgue.

Alors que plusieurs associations et spécialistes avaient averti des risques pour les Aigles royaux qui fréquentent le massif de l’Escandorgue, FNE regrette que ces alertes n’aient pas été entendues et porte plainte aujourd’hui pour destruction d’espèce protégée.

FNE Languedoc-Roussillon soutient le développement de l’énergie éolienne parce qu’elle est incontournable pour la réussite de la transition énergétique, mais considère qu’elle doit passer par une bien meilleure prise en compte de ses impacts sur la biodiversité par les exploitants, et en particulier EDF Énergies Nouvelles (1).


 

Les impacts prévisibles des parcs éoliens du massif de l’Escandorgue sur l’Aigle royal

Six parcs éoliens sont construits (51 éoliennes) et 5 autres en projet (38 éoliennes) dans le domaine vital du couple d’Aigles royaux de l’Escandorgue, ce qui représente une pression très forte pour ce couple de grands rapaces. Malgré cette évidence, les études d’impacts n’ont pas suffisamment pris en compte l’impact cumulé sur ces derniers (2).

L’aménagement du parc éolien de Combe Caude, comprenant 7 éoliennes au sein d’un ensemble de 17 éoliennes, a été autorisé suite à un permis de construire accordé le 1er septembre 2005 à la société EDF EN France.

Alors que le risque de collision mortelle d’un Aigle royal avec une éolienne en fonctionnement apparaissait probable, EDF EN n’a pas cru utile de demander une dérogation pour la destruction d’espèce protégée, qui est la procédure conseillée par le ministère de l’environnement en présence d’enjeux importants.
Ce type d’autorisation constitue une garantie pour l’exploitant dont la responsabilité ne peut être engagée dès lors qu’il détient une telle autorisation. Elle est aussi une garantie d’une meilleure prise en compte des impacts sur la biodiversité puisqu’elle implique la réalisation d’une étude approfondie et, surtout, la mise en œuvre de mesures destinées à éviter, réduire et le cas échéant compenser les impacts résiduels sur les populations d’oiseaux concernées.

Pour limiter les impacts potentiels sur les Aigles royaux fréquentant le massif de l’Escandorgue, le préfet de l’Hérault a cependant pris un arrêté réglementant l’exploitation de ces éoliennes en 2015, imposant la mise en place d’un système d’avertissement anti-collision. Des dispositifs DT Bird – critiqués pour leur efficacité aléatoire – ont été mis en place sur les éoliennes.

 

La première fois qu’une collision mortelle d’un Aigle royal avec une éolienne est avérée en France

L’Aigle royal fait partie des plus grands rapaces. Tantôt admiré, tantôt persécuté, il a survécu au 20ème siècle après avoir frôlé la disparition et présente un fort caractère patrimonial. Aujourd’hui il fait l’objet de nombreuses protections (3) et il est inscrit sur la liste rouge de la faune menacée de France, dans la catégorie « rare ».

Si l’impact des éoliennes implantées dans le domaine de chasse des Aigles royaux était prévisible, c’est la première fois en France qu’une collision mortelle entre un Aigle royal et une éolienne est avérée. La détection de cette collision a été possible grâce au programme de suivi GPS porté par l’association BECOT depuis 1 an sur 9 jeunes Aigles royaux dans le sud du Massif Central. Le cadavre ayant été caché par un charognard, il n’aurait selon toute vraisemblance pas été retrouvé sans la puce GPS.

Cette mortalité démontre, une fois de plus et de manière incontestable que l’impact de l’éolien sur la faune volante (oiseaux et chauves-souris) existe et peut concerner des espèces protégées et menacées. Elle confirme, par ailleurs, que l’impact observé est probablement bien en deçà de la réalité, et que les dispositifs anti-collision ne sont pas une garantie d’absence d’impact pour les oiseaux, même de grande dimension (plus faciles à détecter).

 

En dehors de cette mortalité directe, un impact fort sur la fragmentation et la perte d’habitat

Si la rencontre d’un jeune aigle avec une pale d’éolienne revêt un caractère spectaculaire, le suivi GPS mis en place depuis 2014 sur un des Aigles royaux adultes du massif de l’Escandorgue montre surtout une forte fragmentation et une modification importante du cœur de leur domaine vital suite à la construction des premiers parcs éoliens. L’impact du développement éolien sur les aigles est donc multiple (destruction d’individu occasionnelle, mais aussi et surtout perte d’habitats), ce qui n’a jamais été mis en évidence ni appréhendé correctement par les études pré-implantation.

 

Concilier développement de l’énergie éolienne et protection de la biodiversité

Le développement d’éoliennes en Occitanie revêt un intérêt public certain. Il est incontestable que la région est peu autonome en matière d’alimentation électrique, et qu’un rééquilibrage de la production électrique est utile à cette région. Pour FNE LR, il est impératif de développer des énergies renouvelables (ENR) faiblement émettrices de gaz à effet de serre afin de protéger l’environnement sur le long terme.
Mais l’objectif de développement de l’énergie éolienne ne doit pas constituer un blanc seing au détriment des autres intérêts environnementaux et, tout particulièrement, la protection de la biodiversité. Cet enjeu est particulièrement fort dans notre région, qui contrairement à bien d’autres, a la chance d’accueillir des aigles.

Pour concilier ces enjeux environnementaux qui se heurtent au développement éolien avec une intensité particulière dans notre région, le développement de l’énergie éolienne doit être planifié de manière courageuse et les développeurs éoliens doivent se montrer exemplaires.

Comme le souligne Simon Popy, Président de FNE Languedoc-Roussillon : « Les exploitants éoliens et tout particulièrement EDF EN, doivent reconnaître les conséquences des éoliennes sur la faune volante pour mieux la protéger. Il en va de l’acceptation même des éoliennes et donc de leur bon développement. Que cela soit dans le cas du massif de l’Escandorgue ou dans celui du parc d’Aumelas dans l’Hérault, nous constatons que certains exploitants refusent de demander des dérogations à la destruction d’espèces protégées. FNE LR demande avec insistance que ces dérogations pour destructions d’espèces protégées soient mises en place pour les espèces patrimoniales. Bien que nous regrettions d’en arriver là, nous sommes prêts à recourir au juge si cela s’avère nécessaire pour y parvenir. »

 

(1) : EDF EN est une filiale d’EDF, détenue à 85,6% par l’Etat français fin 2016

(2) : Ainsi le permis d’aménager du parc de Bernagues (construit) a été annulé par la cour administrative d’appel de Marseille (arrêt du 26/01/2017) pour ce motif

(3) : désigné espèce protégées, inscrit à l’annexe 1 de la directive oiseaux, à l’annexe II de la convention de Berne et à la convention de Bonn qui lui accorde un statut de protection à l’échelle mondiale ou encore protégé par la convention de Washington sur le trafic d’espèce protégées.


TÉLÉCHARGER CE COMMUNIQUÉ EN PDF


Contacts presse :

  • Simon Popy :
    tél : 06 12 96 73 63 ; email : simon.popy [at] fne-languedoc-roussillon.fr
  • Olivier Gourbinot :
    tél : 06 89 56 04 84 ; email : coordination.fnelr [at] gmail.com

Lire la suite